MARGAUX CASSAN - ET L'ETERNEL FEMININ - lautremag.news

Margaux Cassan – Et l’éternel féminin

L’éternel féminin reste encore aujourd’hui un principe qui conçoit la féminité comme le guide incontournable et immuable du désir de l’homme vers la transcendance ! Il existe un chemin radicalement autre qu’il est important de parcourir. Que l’on parte de la figure de l’Eternel Féminin telle qu’on la trouve chez Dante ou Goethe on ira toujours plus loin.

Sans parvenir toutefois à rejoindre certaines audaces tant que la réflexion religieuse ne fera pas place au féminin.

Venez pousser plus loin la découverte de cette jeune romancière …

Margaux, bien que cette jeune femme n’ait que 23 ans, a déjà un parcours de vie vraiment éclectique. Née à Paris 12ème, elle est la 4ème enfant d’un père qui travaille dans le secteur immobilier et la fille unique d’une maman qui exerce dans l’évènementiel. Elle suit de brillantes études : BAC +6 !

Après une formation en philosophie des religions, elle se forme au journalisme, et commence l’écriture de son premier livre en même temps. Depuis le lycée, elle oscille entre 3 formes d'écriture :

  • le réalisme journalistique, (tout ce qui relève du factuel),
  • la métaphysique, (en philosophie, ce par quoi le factuel est expliqué),
  • le lyrisme de la littérature (l’écriture poétique qui sublime le factuel).

Margaux ne saura jamais choisir quel style adopter, n’aimant pas les parcours linéaires.

Ce qu’elle aime, c’est se disperser, se dédoubler, se démultiplier.

Elle s’accordera cette liberté en ayant deux noms.

Son nom administratif, Margaux Cassan, et pour la fiction Frieda Léo.

Sa vie personnelle et familiale répond à cette même logique. Elle nous dira que chaque membre de sa famille a choisi d’élire domicile dans un continent différent. Le Maroc pour ses parents, pour sa sœur l’Equateur, et Marseille pour Margaux.

Margaux est passionnée, elle adore courir et lire et tant qu’à faire elle essaie de ne pas le faire en même temps ! Elle raffole du café aussi bien l’endroit que le gout et elle ecrit la plupart du temps dans un café.

Adepte « des deux magots, des trois garçons, de la Durée » en bonne parisienne.

Elle se sent comme en communion lorsqu’elle franchit le seuil des églises. L’atmosphère solennelle que dégagent les icones, les peintures, les vitraux dans ces lieux l’inspirent au plus haut point. Mais elle est également sensible au soleil frôlant sa joue lorsqu’elle s’endort au bord de l’eau. C’est comme la sensation d’une caresse pour Margaux.

Elle aime faire le tour de tous les musées, bibliothèques, les endroits de silence, pour nourrir sa soif de connaissance.

Une silhouette aérienne fluide et fine, des yeux marron clair d’une expression unique qui pourrait damner tous les saints du monde. La première fois qu’on découvre Margaux elle occupe tout l’espace et l’aura qui se dégage d’elle est indéniable.

Détaillons un peu de ses goûts personnels :

En ce moment, Margaux lit le dernier roman de Joann Sfar, Le Dernier Juif d'Europe. Ça ne nous étonnera pas, quand on connaît son penchant pour la littérature religieuse. Dans la bibliothèque, Albert Cohen siège en roi.

Mais son livre préféré, nous dira-t-elle, c'est bien Truismes, de Marie Darrieussecq. Un livre sur la condition féminine, bien sûr, où la narratrice se transforme en truie au fil du roman. Côté film, elle raffole de La Folle ingénue, d'Ernst Lubitsch, le maître de la comédie, qu'elle regarde volontiers avec un bon plat de Mezzés. Si vous ne trouvez pas Margaux, elle est sans doute cachée au fond d'un restaurant libanais, un livre à la main.

Ce que Margaux aime le plus dans l'art comme dans le sacré, c'est le droit à l'excès. Le rire en est une des plus belles portes. L'excès...c'est peut-être sa plus belle qualité et son plus vilain défaut.

Une vie pour écrire... 

Son premier job ? Prête-plume.

Margaux écrit pour les autres, comme Cyrano de Bergerac, les lettres d'amour en moins (quoi que). Si elle creuse dans ses souvenirs, elle a toujours voulu écrire. Petite, elle écrivait en vacances l'histoire d'un enfant castor...  "Toutes les aventures de la vie me poussent à écrire. Et je ne sais faire que ça.", nous raconte-t-elle.

C'est sa façon de vivre et son seul moyen d'expression, hormis le regard qu'elle nous offre.

En philosophie, on lui a d'ailleurs toujours reproché son approche littéraire. Mais elle a fait une force de cette diversité. Margaux n'est pas une femme de la cohérence. Elle aime le tumulte, quand il est porteur de sens.

De la situation politique française, elle retiendra cela : le tumulte.

Mais là encore, son regard est teinté d'optimisme. On a tendance, remarque-t-elle, à croire que les jeunes ne sont plus politisés, qu'ils ne se sentent pas concernés par la politique. Elle n'y croit pas. Les jeunes aujourd'hui font de la politique en France comme on en a jamais fait auparavant,  plutôt que de se situer dans des partis figés, ils luttent pour des idées.

Ils décloisonnent tout. Ils créent de nouvelles façons d'incarner le militantisme, qui, sur le long terme, aura sans doute beaucoup de poids. Même si nous vivons dans la peur perpétuelle de la mort (attentats, virus, changement climatique), la jeunesse est portée par une rage de vivre frénétique.

De Paris à Marseille, les soeurs ennemies

Ancienne parisienne, Margaux a choisi d'habiter la cité Phocéenne. On décrit souvent Paris et Marseille comme des villes opposées et rivales. Margaux n'est pas d'accord. Si les hostilités entre les deux villes sont si fortes, c'est qu'elles sont nées de la même mère, comme deux sœurs jumelles ennemies, nous explique-t-elle. Dans une fratrie, il y a toujours un enfant plus sauvage, plus libre, plus rebelle. C'est ce que Margaux est allée chercher à Marseille. Une forme pure d'insolence.

Quand elle est arrivée ici, une amie lui a dit que Marseille gardait toujours ses bras grands ouverts mais ne les refermaient que difficilement. Pour la jeune femme, Marseille est une ville très chaleureuse de premier abord, mais il faut l'apprivoiser pour qu'elle se dévoile vraiment. Il lui paraît très facile, comme étranger, de rester à sa surface. Marseille demande des efforts pour se livrer dans son authentique splendeur, et elle a bien raison. Il faut mériter une ville comme Marseille. Même si Paris et Marseille trônent sur une Histoire lourde et gigantesque, Paris lui semble être une ville rigide, qui peine à s'émanciper de son passé. Marseille, au contraire, est une ville en pleine ébullition, qui ne cesse de se transformer. Ce sont deux vieilles femmes, mais Marseille est moins nostalgique.

Et maintenant ? Découvrez le programme de Margaux...

Dès septembre, Margaux se lance dans un doctorat de philosophie des religions sur les relations entre la justice et la charité dans la société française. C'est un clin d'œil à son premier roman, d'interroger la légitimité de l'institution dans l'exercice de la puissance. En un sens, elle bascule simplement le sujet de mon livre en des termes philosophiques ! Encore ce besoin de construction. Elle a aussi un projet de deuxième roman en construction, qu'elle nous a pitché comme ça : Marius, un Tanguy des temps modernes qui perd son amour, embarque le lecteur dans les cinq-cents jours qui suivent la séparation : entre violence, résignation et puissance de l'imagination ; Marius incarne une jeunesse qui ne croit pas que le monde lui appartient, pour qui l'intime triomphe sur le politique et qui milite avec les tripes contre l'obsession de l'époque pour le futur. Marius est le nouveau romantique, de ceux que haïssent les puissants : un tendre fainéant.

À travers ce portrait, nous donnons une autre forme à l'éternel féminin. Non plus un portrait figé de ce qu'est LA femme. Par le portrait de cette jeune romancière prometteuse, nous ouvrons la porte à une mosaïque de femmes qui ont fait l'Histoire. Pour les entendre et les lire, courrez acheter son premier roman,

Au commencement était le ventre !

https://www.cultura.com/au-commencement-etait-le-ventre-9791026257066.html?lgw_code=23392-9791026257066&msclkid=32cd20c5ef361e7f9e7a7f90b581099a&utm_source=bing&utm_medium=cpc&utm_campaign=FM_YB_PLA%20-%20Tous%20les%20Produits&utm_term=4579603371042568&utm_content=Tous%20les%20produits

Pin It on Pinterest

Shares
Share This