Si nous vous disons : Rosé, Rouge, Blanc…vous comprendrez aisément que nous allons parler de vins.

Pourtant, la Provence est plutôt la terre de prédilection du rosé comme chacun sait, mais elle est aussi capable de produire des vins rouges et blancs de grande qualité.

Avant de vous en dire davantage dans notre dossier spécial Vins, un petit résumé nous a semblé nécessaire….

Donc, la Provence est la première région en France productrice de rosés AOC. Si ce vin a souvent été négligé ou raillé par les experts en dégustation, précisons que son élaboration est complexe et qu’il requiert une attention toute particulière. Des vendanges à la vinification, il s’agit d’une véritable course contre la montre….le challenge est d’extraire un maximum d’arômes tout en obtenant cette couleur claire typique de la Provence. Savez-vous que comme les rouges, les rosés ont aussi leurs vins de garde? Et qu’ils disposent d’un centre de recherche et d’expérimentation afin de réaliser un véritable nuancier de couleurs à Vidauban…

Les vins rouges de Provence, quant à eux, ont une autre personnalité, on en trouve de plus en plus, de garde de très haut niveau…

Les vins blancs de Provence, les plus sensibles car extrêmement fragiles face aux oxydations. Ils peuvent être directement soutirés et mis en bouteille et sont consommés plutôt jeunes.

Dans le cadre de notre futur sujet sur le Vin à paraître prochainement, lautremag.news, se veut pédagogue. Nous allons schématiser ici le processus de transformation du raisin, des vendanges jusqu’à la mise en bouteille en passant par la maturation.

Il ne s’agit pas de devenir expert en la matière, mais simplement de vous expliciter dans les grandes lignes les mystères de la vigne…

Tout d’abord, les vendanges : Chez nous, c’est entre juillet et octobre, quand les raisins sont mûrs que commence le changement tant attendu. Ce processus issu d’une longue tradition? met en valeur au-travers du raisin, tout le terroir local. Le choix de la date s’effectue en fonction de la maturité du raisin, lorsque l’équilibre entre le goût, le sucre et l’acidité est atteint.

Les techniques : Le ramassage se fait à la main, pour ne privilégier que les bonnes grappes ( pour les vins de qualité supérieure), soit mécaniquement pour les vins de qualité courante.

L’éraflage et le tri : En passant dans des cylindres troués ou des plaques percées, on sépare le grain de la tige, et les grains sont donc triés.

Le foulage : Les grains de raisins passent entre des cylindres qui font éclater les baies, sans les écraser. Cela permet au jus d’être ensemencé par les levures présentes sur la peau.

Première fermentation : La peau et les pépins montent en surface pour former le marc, qui colore le jus et lui donnent du corps. Le sucre contenu dans la pulpe se transforme naturellement en alcool.

L’assemblage : Le marc est alors pressé et mélangé au jus.

Deuxième fermentation: Des bactéries transforment naturellement l’acide malique contenu dans le vin en acide lactique plus souple et plus stable, ce qui diminue l’acidité du vin.

Elevage : Placé dans des fûts de chêne pendant plusieurs mois, le vin se structure et développe ses arômes.

Mise en bouteille : Le saint-Graal…

A suivre pour la dégustation….avec modération, bien sûr!

La Provence est une terre d’abondance et nous allons bientôt en partager avec vous certains de ses secrets…La route de Bacchus passe aussi par chez nous et lautremag.news vous emmène dans l’aventure, à très vite donc!

KL

Crédits Photos Patrick Di Doménico

Pin It on Pinterest

Shares
Share This